fbpx

Achem X Renlonimo : les vétérans d’un rap local authentique empli de « Principes »

Il y’a une petite semaine, Achem conviait son ami et rappeur Renlonimo à poser sur le titre « Nos Principes ». Un titre au style Old School qui suinte la rue et met en exergue le Rap et les principes lui étant inhérents que tous ses pratiquants se doivent de véhiculer.

Mais avant d’aller plus loin, surtout pour toi jeune lecteur et auditeur de RG, une petite leçon d’histoire de rap local s’impose.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Achem est un rappeur originaire du port. Il s’est notamment fait connaître en 2007 avec le son « La BAC », un titre quelque peu hostile à l’égard de la brigade du même nom et qui soulignait les tensions entre ce service de police et la jeunesse portoise, se plaignant des excès de zèle des autorités.

Côté discographie, il compte à son actif divers projets tels que « Jeune guerrier » « Punch Line » ou encore « Crameur2Riddim » avec DJ Hones-T.

Des odes aux cages d’escaliers toujours portées par des textes rappés, techniques et conscients.

 

L’authenticité appelant l’authenticité, il n’est pas ainsi surprenant de retrouver (de nouveau !) Renlonimo aux côtés de Achem.

Pour faire simple : Renlonimo, c’est un pilier du rap local.

Renlo est un rappeur qui vient du Chaudron. Il est fortement respecté, estimé, connu pour la qualité de ses textes et la véracité de leurs contenus. Un rappeur qui est présent depuis les débuts sur la scène rap réunionnaise.

Les anciens se souviendront de son monopole des ondes avec à l’époque l’album « Raggatac » (feat Sista Yanna) qui le propulsa et fit danser La Réunion ; de son album « MMS » avec James en passant par ses collaborations au sein du Kréol Staya ou encore de sa version remarquée sur le Coqlakour Riddim .

Renlo traverse aisément les époques et propose toujours des messages emplis de conscience, à destination des « petits frères » du quartier afin de les aiguiller au mieux et leur éviter de tomber dans les travers de la rue.

Un « vrai gar da’kour » qui tient coûte que coûte à se tenir éloigné du travestissement et à délivrer des textes emplis de sincérité, de vérités.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que « lé dé Coq la kour na ankor pou chanté » !

 

 

En guise de toile de fond à leur expression musicale, on retrouve une prod’actuelle de RzenBeatz, couplée à des arrangements made in Dj Honest-T, familier de Achem. Le DJ rajoute même des scratchs vers la fin du track qui nous font frissonner d’un nostalgique plaisir !

Cette nostalgie va même être soulignée au niveau du visuel, via un clip signé LKP Vision. Bande de potes, effets VHS / pellicule de cinéma, images aux teintes cuivrées et machine du « tan lontan » : le décor est planté pour que les « Grands frères » puissent kicker comme à l’ancienne !

Achem donne par ailleurs la couleur dès le début, ne manquant pas de déclamer haut et fort les problèmes qu’il rencontre avec la scène actuelle :

 

Ils ont maquillé et falsifié le rap

Ils font leur cinéma et leurs clashs sur Snap’ – Achem

 

On manque de respect à notre mouvement et on s’invente des vies ? Non ; Ashem et Renlonimo vont venir mettre un peu d’ordre dans tout ça !

 

J’ai un œil sur la rue, un œil sur la musique

J’assure que le rap est dans un état critique

Y’a ceux qui crachent du fric – pour des vues sur Youtube – Achem

 

Achem n’oublie pas ce côté « mordant » du rap, en envoyant une pique accusatrice à la face visible de l’Iceberg de la scène locale, qu’il juge trop concentrée sur le comptage de vues que sur le vrai contenu du message à véhiculer.

 

C’est Nos Principes dans le rap qu’on revendique

Même sur la Trap on trap avec nos tripes – Achem

 

La forme évolue et se prête aux sonorités actuelles, mais les combats et convictions restent inchangés.

Renlonimo n’est pas en reste et fait honneur à l’invitation en prêtant sa signature vocale reconnaissable entre 1000 au refrain ainsi qu’à un couplet efficace et également lourd d’accusations et de messages.

 

Ghetto Youth fait du ferme quand rappeur fait grosse coupure – Renlonimo

 

Une punchline qui en dit long. En effet, médias, polémistes, instances publiques, mais aussi rappeurs se réclamant d’un rap conscient et concret, blâment régulièrement des artistes et leurs textes, reflets de la fabulation autour de la drogue et de la violence.

 

Si les artistes se défendent de n’y dépeindre que fictions et fantasmes, les jeunes auditeurs, souvent influençables et plus vulnérables qu’ils ne le pensent, se retrouvent vite à prendre les propos de leurs idoles pour argent comptant. Ainsi, une prise des armes ou la « bicrave » peuvent alors être pris au pied de la lettre…et les conséquences se paient au prix fort ; soit par des peines d’emprisonnement…ou pire.

Renlonimo veut ici tirer la sonnette d’alarme auprès des MC’s et auditeurs : il faut redoubler de vigilance au regard de ce que l’on dit et de ce que l’on écoute.

 

Cette effervescence de la scène rap locale underground procure un réel plaisir auditif, qui plus est quand des anciens (comprendre ici ceux qui sont là depuis les débuts) presque intemporels parviennent à marquer la disruption avec la majeure partie de la scène commerciale et festive actuelle, délivrant des messages conscients fonctionnant comme un rappel au réveil et au retour à l’authentique.

Et vous les G’s, comment avez-vous trouvé la collaboration ? Vous connaissiez déjà ces artistes ? On attend vos commentaires !

Tony D.

 

 

A DECOUVRIR AUSSI : Purple Loud et NK ne visent que “Le Sommet”

 

 

 

Laisser un commentaire