fbpx

KISAILE #2 : Le Général Boska dit toute la vérité sur “F*ck CRS” [INEDIT]

Cet article est écrit grâce aux confessions du Général Boska à RunGarden.

Le 24 Octobre 2018, en pleine crise des Gilets Jaunes, le Général Boska s’est rendu devant la SRPP au Port pour manifester pacifiquement son mécontentement global de l’Etat Français, lorsqu’une violente rixe éclate entre les CRS et les manifestants. S’en suit de violents affrontements qui feront quelques blessés.
Cet évènement n’a pas laissé le Général indifférent car il a été témoin de violences policières envers des femmes et leurs enfants et, lui-même, a été la cible de flash-ball dans ses genoux.

Ces tristes évènements lui ont inspiré, le soir-même, son dernier titre et clip “Fuck CRS” sur lequel il a souhaité nous apporter des précisions aujourd’hui.

 

 

Le Général Boska, de son vrai prénom, Geraldo, est né au Port mais a grandi aux quatre coins de l’île entre Saint-Denis, Saint-Paul et Saint-Louis. Le groupe Boska (qui signifie “jeune débrouillard”) est d’ailleurs originaire de Saint-Louis.
Le Rap du Général est assez simple à comprendre, il a grandi dans la rue alors il parle de ce qu’il connait le mieux : le ghetto et les cités. Aux yeux de la police, il nous dit qu’il est parfois considéré comme un chef de gang tellement il est connecté à la rue.

Il est d’ailleurs certain que son téléphone est sans arrêt sur écoute et que ses publications Facebook sont suivies par l’administration française car il a déjà été convoqué à de nombreuses reprises à cause de sa musique provocatrice et pour cause d’incitation à la violence d’après la gendarmerie.

De mémoire, il nous parle de ses 3 dernières convocations, la première fois pour “Fuck l’Etat”, la seconde pour le clip “frère de sang” et finalement la dernière en date pour “Fuck CRS” dont on parle aujourd’hui.
Alors pourquoi toutes ces convocations malgré un casier judiciaire vierge ? De nombreux artistes font l’apologie des drogues et de la violence en France tous les jours mais il se sent particulièrement ciblé..

“Fuck CRS” est un cri d’alarme à l’injustice et aux violences policières

 

D’après le Général, il représente un potentiel danger pour les hommes politiques car il est connu et il ose dire tout haut ce que son peuple réunionnais (nous) pense tout bas. La police est toujours sur ses côtes car elle estime que son influence est néfaste à l’ordre public et, est foncièrement révolutionnaire.

Geraldo, de son côté, nous raconte qu’il a tourné des clips à Saint-Louis, Saint-Paul, Saint-Pierre, Le Port, etc. et que son influence est très large (il est écouté par beaucoup de jeunes et de routiers sur toute l’ile). Son but ultime, même si la forme reste Hardcore, c’est d’unir le peuple réunionnais dans tous les domaines.
Il s’est toujours efforcé de dire la vérité car il veut une vie meilleure pour son peuple. Dans sa musique, il ne souhaite ni froisser les politiciens, ni rabaisser la police mais il voit la musique comme un défouloire, un art dans lequel il peut exprimer son ressenti, sans jugement, pour retranscrire les réalités de la rue.

 

Pour avancer dans la bonne direction

Alors, c’est vrai, la musique de Général Boska est souvent violente mais il n’a pas le passé d’un bandit et déclare un casier judiciaire vide. Lors de sa dernière convocation, il a même pu échanger avec des hauts placés de la gendarmerie pour faire avancer son art et promouvoir une entente entre le peuple réunionnais et l’administration française.
Son large auditorat jeune lui permettra peut-être, on l’espère pour lui, d’être l’un des premiers rappeurs de l’île à réaliser un clip dans nos prisons réunionnaises. Un projet qui enchante le Général Boska qui y voit l’occasion de faire connaitre sa musique et de rapper pour la bonne cause et l’union du peuple.

Un grand merci au Général Boska qui nous a contacté pour donner tous les éléments de vérité à la Réunion !

Laisser un commentaire