fbpx

SSKYRON avive ses sens sur “Pink Moon”

SSKYRON, comment vous le présenter ?

 

Cet artiste aux multiples talents, qu’on surnomme “l’extraterrestre” travaille assidûment depuis des années pour transmettre aux autres son énergie. Afin de nous permettre d’entrevoir les différentes facettes de sa personnalité, il nous embarque dans ses univers à chaque EP. Après la sortie de son EP Purple Moon qui était l’expérimentation de nouvelles sonorités, on s’attendait tous à la sortie de Green Moon. Cette sortie nous semblait des plus logique au vue des indices laissés par l’artiste. Mais au fil des teasers et indices, on s’est vite rendu compte que finalement l’homme nous préparait autre chose. Et, contre toute attente on découvre ce nouvel univers : “Pink Moon“. L’image énigmatique qu’il partage, laisse place à toutes les idées les plus folles. Ce nouveau monde est déjà plus féminin tant par son nom “pink”, que par les silhouettes qu’on aperçoit. Puis, Sskyron nous offre une rose pour indice final. Cette rose pour ceux qui s’étaient pris au jeu comme moi, était bien plus qu’une image. Elle nous révélait le nom de 5 jeunes femmes. J’ai compris alors qu’elles allaient porter cet EP avec lui. Ces 5 artistes féminines se prénomment : Maheva Ony, Bioz, Ariane B, Tissya et Maya Kamaty. Elles peuplent ce nouvel univers que Sskyron nous invite à visiter.

 

C’est ainsi que l’EP Pink Moon composé de 5 titres vient égayer nos sens en ce 22 décembre 2020. On y découvre cette pointe de délicatesse, de sensualité, de folie et de détermination propre à chacun, au couple. Mais, SSKYRON nous interpelle également sur ses propres codes.

 

Dès les premières notes de l’EP, la chanteuse Maheva Ony telle une sirène nous envoûte avec sa voix enchanteresse pour nous transporter dans un rêve. Ce titre “You know me” est d’une telle douceur qu’on se remémore volontiers nos premiers émois amoureux ainsi que le désir que l’on ressentait au début d’une relation mais également les doutes qui existent de part et d’autres.

“J’ai peur de te faire confiance”

De ce fait, on peut se demander si la vision que l’on a de l’amour n’est elle finalement pas la même du point de vue féminin comme masculin !?

“Face à face on est les mêmes mais tout nous oppose”

“On dit que les opposés s’attirent, pourquoi ta main touche parfaitement la mienne”

Malgré les peurs, une fois attiré l’un par l’autre et que le désir est à son apogée, on ne peut y résister. La relation prend une tournure plus sérieuse, on est amoureux. On a l’impression de voir l’autre dans chaque visage. On se laisse aller au-delà de notre imaginaire afin de consommer cette relation et la vivre pleinement sans artifice. Ainsi, “dans le même vaisseau synchro sont nos mouvements”.

“Tu me câlines, on prend notre temps”

“Son plaisir est forcément le mien”

 

Ce deuxième titre “You feel me” en featuring avec Bioz est plus sensuel. Ils ne font qu’aiguiser nos sens, grandement aidés par la force de notre esprit.

Pour ses deux premiers titres, SSKYRON a ouvert deux portes qui nous transportent dans un climat de douceur et de sensualité.

Il continue sa quête dans ce nouvel univers et nous plonge au travers des deux autres titres suivants dans une dynamique plus soutenue et rapide. On a l’impression de voyager dans une sphère où l’impétuosité de la jeunesse nous pousse à prendre des risques afin de vivre notre vie pleinement.

“Telle est ma méthode, plonger avant d’apprendre à nager”

Ce son “Pas de code” en featuring avec Ariane B n’est pas qu’une invitation à la liberté d’être soi-même mais une façon de vivre, de penser qui fait intégralement partie de la vision de la vie que possède SSKYRON. En effet, il nous rappelle qu’au lieu de se plier à ce que la société projette et de suivre le troupeau comme un mouton, il embrasse sa différence sans se préoccuper des autres.

“Quitte à me tromper je préfère faire les 100 pas pour prendre le large”

“Je m’en vais loin des codes”

Ce concept est d’autant plus crié et appliqué en amour comme en amitié dans le titre “Comme des fêlés” en featuring avec Tissya.

“Je n’ai plus le temps de regarder en arrière”

Ainsi, pour pouvoir faire partie de leur monde, il faut savoir s’adapter puis que “je vis à mille à l’heure”, et montrer pattes blanches. Même s’il ne suit pas les codes qui régissent notre société, il en a certains propre à son univers.

“Montre à mwin, sat ou vaut si ou veut vraiment rendre dans mon monde”

 

Cette habilité à passer d’un sujet à un autre tout en gardant une cohérence ne peut qu’être applaudit.

On finit cet EP comme on l’a commencé sur une note de douceur. Sauf qu’à l’inverse du premier titre où les doutes étaient présent, ce titre “Lev à ou” en featuring avec Maya Kamaty est un hymne à l’amour véritable. Il n’existe plus de dualité ni de temps.

“Les yeux fermés on se parle”

“Elle refait le monde avec moi”

On comprend alors que les titres précédents sont des étapes pour s’accepter et atteindre le bonheur.

“Tremble pas (…) mi gagne lire dans fond ton yeux”

A la fin de l’écoute de cet EP, je peux vous dire qu’on en redemande encore car une sensation d’apaisement et de galvanisation nous envahit.

 

 

On peut maintenant faire un point sur le visuel. La jaquette de l’ep se pare de couleur rose où Sskyron se trouve en apesanteur entouré des 5 femmes dont les pieds sont bien ancrés dans le sol tout en le regardant. On en déduit alors qu’il reste sur ses gardes pour les analyser, les connaître, les apprivoiser sur cette terre inconnue. Comme je vous le disais plus haut, il a utilisé la couleur rose qui est une couleur dynamique avec des nuances de délicatesse qu’on associe à la féminité. Cette couleur s’associe également à la tendresse et au bonheur d’où l’expression “voir la vie en rose”. Cependant, on se rend vite compte que même si les 5 femmes regardent dans la même direction, elles sont toutes vêtus de différentes façons, ce qui confirme leur particularité et qu’on les découvre toutes sous des styles différents au travers des lyrics.

 

 

Cet EP est une vraie source d’inspiration. On se laisse véritablement transporter par les vibes que Sskyron et ses artistes féminines nous proposent. Je crois que l’extraterrestre comme beaucoup aiment l’appeler a encore frappé, et que chaque monde qu’il nous propose est une porte vers la sagesse d’aller au-delà de ce qui est possible.

 

Jessica Gauvert

 

 

A DECOUVRIR AUSSI : Barth nous parle de la vie de “Jimmy”

 

Laisser un commentaire